COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Recherche

image d'un chantier/ Studio Kalangou

Les ouvriers du chantier routier Agadez-Tamaya en grève

Les employés de l’entreprise Méditerranéenne de Bâtiment et de Construction (MBC), qui a en charge la réhabilitation du tronçon Agadez –Tamaya ont boycotté hier matin le travail. Leur porte-parole, Adamou Jibo, au micro du Studio Kalangou, relève les différents problèmes auxquels ils sont confrontés : « Tous nos conducteurs, de camions ou bien d’engins, dès qu’un petit problème vient, on les amène à la gendarmerie. Chaque mois, on nous coupe la caisse de sécurité et quand les gens partent à la caisse y’a pas de versement ».

Parmi les raisons de cette grève, il cite : « Aucun des agents n’a une prise en charge, et selon le code de travail nigérien, chacun doit travailler 8 heures par jour, donc ce qui fait 40 heures par semaine ; nous, nous travaillons plus de 72 heures par semaine, raison pour laquelle on réclame nos droits pour que justice soit faite, que chacun puisse être dans ses droits ». Il poursuit au micro de Studio Kalangou : « La semaine surpassée, un de nos collègues qu’on a amené à la gendarmerie, son camion avait un problème de direction, il leur a expliqué ; mais ils l’ont forcé à travailler, il l’a fait et le camion est tombé en panne, on l’a amené à la gendarmerie pour qu’il paye la panne ».

Ces employés se sont rendus à l’inspection du travail pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils travaillent : « On est allé à l’inspection du travail, même l’inspecteur a reconnu que ce n’est pas légal».

Interview de Adamou Jibo porte-parole


Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter