COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

La circumambulation autour de Kaaba / M Soli / Source : flickr.com CC

Annulation du pèlerinage 2021 au Royaume d’Arabie Saoudite pour cause de la Covid-19

Au Niger comme ailleurs, la pandémie de la Covid-19 a affecté tous les secteurs d’activités par exemple l’annulation du pèlerinage de l’année 2020. Pour le hadj 2021, les autorités saoudiennes ont annoncé des conditions qui sont le critère d’âge et la vaccination contre la Covid-19.

Selon Zakari Idrissa, secrétaire général du COHO, Commissariat à l’organisation du Hadj et à la Oumra du Niger au micro du Studio Kalangou « le ministère de la santé de l’Arabie Saoudite a fait une proposition au ministère du hadj et à celui de l’intérieur. Les conditions obligatoires du hadj seraient les vaccinations de Covid-19, première et deuxième dose avant de partir 72 heures, le test PCR, le confinement de trois (3) jours une fois arrivé en Arabie Saoudite, l’hébergement dans un hôtel conditionné par les distanciations » a-t-il indiqué.

Pour cette année 2021, jusqu’à la date du 26 mai 2021, les autorités en charge du hadj au niveau de l’Arabie Saoudite « n’ont pas précisé les conditions exactes de la tenue du hadj de cette année » explique Zakari Idrissa, secrétaire général du Commissariat à l’Organisation du Hadj et à la Oumra(COHO).

Mais des mesures ont été proposées pour la bonne organisation du hadj, dont l’obligation de se faire vacciner pour pouvoir accomplir son devoir religieux. « C’est pourquoi, nous avons pris attache avec les agences pour leur demander de continuer à inscrire les futurs pèlerins et de nous faire le point du nombre de pèlerins inscrits et en même temps de sensibiliser les candidats pour qu’ils puissent se faire vacciner » souligne Zakari Idrissa du COHO. Ainsi, plusieurs futurs pèlerins se sont fait vacciner à l’aide du vaccin Sinopharm. Mais il y a d’autres qui ont attendu l’arrivée du vaccin Astra Zeneca reconnu par les autorités saoudiennes.

Dans un communiqué de l’Agence de Presse Saoudienne, à la date du 9 mai 2021,le ministre saoudien en charge du Hadj et de la Oumra, Mohammed Saleh Benten a annoncé que « le grand pèlerinage annuel à la Mecque aura bien lieu cette année » Il a par ailleurs ajouté que « l’évènement de cette année, qui débutera à la mi-juillet sera limité aux personnes âgées de 18 à 65 ans et qui ont été vaccinées ». Ce qui a rendu optimistes les autorités et les structures nigériennes en charge de l’organisation du pèlerinage quant à la réalisation du hadj 2021.

L’annulation du hadj 2021

Et ce n’est qu’après, le 15 juin 2021, que l’ambassadeur saoudien au Niger a amené une lettre dans laquelle, les autorités saoudiennes en charge du pèlerinage ont annoncé la non-tenue du hadj de cette année. 

« Le royaume d’Arabie Saoudite n’a pas invité cette année encore le monde extérieur pour accomplir le hadj en Arabie Saoudite » déclare Zakari Idrissa, secrétaire général du COHO, Commissariat à l’Organisation du Hadj et Oumra. Pour raison de la persistance de la pandémie à coronavirus et de l’apparition de nouveaux variants du virus dans plusieurs pays, les autorités saoudiennes ont décidé de limiter le nombre de pèlerins de cette année, « ils vont prendre 60.000 pèlerins résidants en Arabie Saoudite en faisant en sorte que chaque pays soit représenté et que les conditions vont être normalement délibérées ultérieurement aux pays concernés » relève le secrétaire général du COHO.

D’ajouter que les mesures sanitaires seront observées, puisqu’avant d’arriver sur le site du hadj, des périodes de confinement vont être observées même à l’intérieur de la Mecque.

En effet, seuls les saoudiens et quelques ressortissants des différents pays qui résident en Arabie Saoudite et qui sont vaccinés contre la Covid-19 seront en mesure d’accomplir le hadj 2021. Alors que les autorités nigériennes en charge du Hadj et Oumra (COHO) ont déjà inscrit bon nombre de candidats au pèlerinage.

A présent, « Notre instance d’orientation du Hadj et la Oumra du Niger (COHO) va se réunir pour gérer les conséquences de l’annulation du hadj pour la deuxième année consécutive » explique Zakari Idrissa, secrétaire général du COHO.

 

Interview de Zakari Idrissa, secrétaire général du COHO 



Rabi Assoumane Hamani.

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter