COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

Des vaches dans un champ © Studio Kalangou

Boboye/ L’apaisement dans la cohabitation agriculteurs et éleveurs.

Depuis 2013, le département du Boboye, dans la région de Dosso connait un retour au calme pour ce qui est des conflits, souvent meurtriers, entre agriculteurs et éleveurs. Soumana Hassane Beidi, secrétaire permanent du comité foncier du département de Boboye au micro du Studio Kalangou, déclare : « On a eu une culture de meilleure gestion des conflits qu’il y’a entre les éleveurs et les agriculteurs, on a beaucoup mis l’accent sur la sensibilisation. C’est vrai, il y’a la tension, mais les gens arrivent à s’entendre ; si tu as été obligé par l’arrêt brusque des pluies à revenir, peut-être, à la maison, tu dois respecter la propriété d’autrui ».

Soumana Hassane Beidi explique qu’une bonne cohabitation, entre éleveurs et agriculteurs, implique le respect mutuel des règles de base, « Tous savent qu’aujourd’hui quand tu fais un dégât, tu es appelé à dédommager le propriétaire du champ, et si en dédommageant le propriétaire du champ cela te fais une ponction sur ton capital bétail parce que tu es obligé de vendre un animal. Quel est l’apport que tu vas avoir dans un pâturage d’une seule journée, qui va te couter un animal que tu ne peux pas t’en départir ? ».

Enfin il rapporte la contribution de l’Etat en vue de l’apaisement de ces tensions « L’état aussi investit à des moments pour mobiliser des patrouilles dissuasives, qui fait que ceux qui ont subi les dégâts ne puissent pas se faire justice, on ne verse plus du sang par rapport à cela… » Conclut Soumana Hassane Beidi.

Interview de Soumana Hassane Beidi secrétaire permanent du comité foncier du département de Boboye


Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter