COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

Image parCouleur de Pixabay

Région de Tillabéry/ A Bonkoukou, les jeunes préfèrent le travail de la terre à l’exode

Depuis quelques années, de plus en plus de jeunes de la commune rurale d’Imanan (Bonkoukou), région de Tillabéry restent au village où ils travaillent la terre. « Nos jeunes qui vont en exode au Ghana, en Lybie ou ailleurs, et y restent pendant 4 à 5 ans, reviennent aujourd’hui au village travailler la terre », précise Alpha Ahmed, président de l’union des producteurs Anyoutt de Bonkoukou. Selon lui, environ 60% d’entre eux se rendent utiles à leur pays à travers la culture de la pomme de terre.

Cependant, de nombreux défis se posent : « La culture de la pomme de terre se fait de manière archaïque. 10 à 15% de nos producteurs maitrisent les techniques de culture de la pomme de terre », a déploré au micro du Studio Kalangou Alpha Ahmed Oumar. « Néanmoins, les avantages de la pomme de terre sont multiples pour notre communauté …», ajoute-t-il.

Malgré les conditions pénibles de travail et le problème d’insécurité qui handicapent la circulation des personnes, le travail de la terre redonne espoir aux jeunes de la commune rurale d’Imanan car c’est à travers la culture de la pomme de terre que ces jeunes arrivent à faire des économies et à aider leurs familles.

 

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter