Articles

Des filles rassemblées à l'entrée de leur maison dans le village de Malamawa, dans la région de Zinder, au Niger, le 30 juillet 2019 © Luis TATO / FAO / AFP

Journée Internationale des Filles

Il existe une journée internationale pour les filles, et c’est ce 11 octobre ; elle est fêtée seulement depuis 7 ans. Tout juste l’âge de raison !

Cette journée est célébrée dans l’objectif d’améliorer la condition de la jeune fille dans nos sociétés.

En ce qui concerne les sociétés des pays en voie de développement, comme le Niger, le peu d’accès des filles à l’enseignement, les mariages précoces constituent des vrais fléaux. Selon l’ONG PLAN, au NIGER 76 % des filles se marient avant leurs 18 ans. Ce qui peut apporter des grandes difficultés de santé. Quand ces jeunes filles tombent enceintes, par exemple, dans les meilleurs des cas, elles deviennent des mères-enfants, et dans d’autres cas, elles peuvent souffrir de problèmes au niveau de l’appareil reproductif. Il est nécessaire de sensibiliser la société sur l’éventail des dangers que peuvent présenter ces mariages précoces.

En parallèle, il est primordial de faire prendre conscience de l’importance d’envoyer les filles comme les garçons à l’école, quelles que soient les difficultés qui peuvent accabler les familles.

C’est également l’occasion de faire savoir et de lutter contre les inégalités criardes qui existent dans le traitement des sexes, comme dans le domaine de l’héritage au Niger, où les filles n’ont pas les mêmes droits que leurs frères. De même que pour l’accès au foncier. Pour ce dernier point, le gouvernement du Niger a présenté un document sur la politique foncière à plusieurs groupements de femmes pour validation. C’était le 25 septembre 2019.

Voici une autre initiative, pleine d’espoir, organisée à l’occasion de la Journée Internationale de la jeune fille par l’ONG NEW CHALLENCE. Il s’agit du Forum National des Jeunes Filles Leaders, qui s’est tenu à Niamey du 9 au 11 octobre 2019. Voici ce qu’a répondu la membre Kadidjatou ABDOULAYE IDANI, interrogée par le Studio Kalangou « Aujourd’hui l’attention est tournée vers la jeune fille, comment encourager les jeunes filles à entreprendre, comment amener les parents à scolarité leurs filles, comment maintenir les filles à l’école, comment lutter contre le mariage précoce... En tout cas actuellement au Niger, la jeune fille est en train de s’affirmer… grâce à la volonté des jeunes filles elles-mêmes ». A la question : Quels sont les besoins de la jeune fille nigérienne (urbaine et rurale) ? Elle répond « l’éducation, la sensibilisation. La jeune fille citadine a plus d’opportunités. Maintenant le grand travail c’est vraiment en milieu rural, ces jeunes filles ont besoin d’être accompagnées, surtout d’être sensibilisées. Il faudrait d’abord qu’elles prennent connaissance de leurs droits pour pouvoir penser à les réclamer et à agir ».

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter