Articles

Un addax, aussi appelé antilope à nez tacheté, classée en danger crtique d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) © Josh More - CC BY-NC-ND 2.0 - / Source : flickr.com

Niger / Une pétition contre « la redéfinition des limites de la réserve de Termit et Tin-Toumma »

« La pétition que nous lançons, c’est pour dire non à redéfinition des limites de la réserve de Termit et Tin-Toumma et qui vraiment est menacée aujourd’hui du fait de l’exploitation pétrolière par une société chinoise » a déclaré Hamadou Soumana Oumarou, membre de l’ONG jeunes volontaires pour l’environnement au micro de Studio Kalangou.

C’est en 2012 que le Niger a érigé la plus grande aire protégée d’Afrique d’une superficie d’environ 100 000 kilomètres carrés. A terme, la réduction d’environ 45 000 km2 du périmètre de cette réserve risque d’avoir un impact négatif sur la faune qui s’y trouve selon Hamadou Soumana Oumarou. En effet, « au sein de la réserve il y a des animaux sauvages, des addax…qui sont menacés par non seulement les humains qui sont là-bas aussi par les déchets toxiques que vraiment la société déverse ».

D’après le magazine en ligne Geo, on compte plus de 130 espèces dans cette réserve dont l’addax qui est en danger critique d’extinction avec moins de 100 spécimens à l’état sauvage.

C’est pour protéger toute cette biodiversité que Hamadou Soumana Oumarou espère que « le gouvernement nigérien va revenir sur cette redéfinition».