Articles

Des nigérianes fuyant les insurgés de Boko Haram © EU Civil Protection and Humanitarian Aid Operations / Source : flickr.com

Diffa / Fuyant l’insécurité, 73 femmes créent une association pour faire valoir leurs droits

« Nous sommes 73 femmes regroupées dans une association ; nous échangeons, chaque semaine, sur les violations de nos droits » indique au micro de Studio Kalangou Fati Moussa, aussi appelée Fati Bouzoua, présidente de cette association dénommée « Ayitima », c’est-à-dire « Union » en tamasheq.

Les membres de cette association sont essentiellement des femmes en détresse à cause des exactions du groupe terroriste Boko Haram : « Il y a des femmes réfugiées, des retournées et même des autochtones… on peut aussi soutenir d’autres femmes vulnérables, parce que dans cette association, nous sommes avec des veuves, des divorcées » ajoute la présidente de l’association.

Même si ces femmes n’ont pas encore bénéficié d’aide ou de soutien, elles n’ont pas pour autant baissé les bras puisqu’elles arrivent à produire certains articles qu’elles vendent. C’est ce que Fati Moussa affirme : « nous nous regroupons pour confectionner des nappes et d’autres apprennent le tricotage » mais pour le moment « ce qui nous freine surtout, c’est que nous ne disposons pas d’assez de matériels… nous avons besoin de soutien d’autres organisations ».

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter