Articles

Aisha, une bénévole travaillant dans le village d'El Kokia (Région de Maradi) © Direct Relief / Sources: www.flickr.com

Santé / À Maradi, le faible recours aux consultations prénatales complique le suivi des grossesses

Dans la région de Maradi, les complications liées à un mauvais suivi de la grossesse est un facteur de la mortalité des femmes enceintes. C’est ce qu’a indiqué, au micro de Studio Kalangou, le Dr Amadou Issa, directeur du centre de santé de la mère et de l’enfant de Maradi : « On avait un cas, c’était une femme enceinte qui a fait sa CPN [consultation prénatale] ici à Maradi ville, elle est anémiée, c’est-à-dire qu’elle n’a pas de sang et elle a attendu la dernière minute ». N’arrivant plus à respirer, puisqu’elle a développé une anémie décompensée, elle a finalement succombé au bout de quelques minutes de soin au centre de santé.

Très souvent, Dr Amadou Issa explique que ces femmes se présentent au centre de santé lorsque leur santé se détériore, elles « attendent toujours quand ça se complique pour voir le service le plus proche ». Pour cause, ces femmes « vont faire un traitement traditionnel » pour diverses raisons ou simplement « par manque de moyens ».

Cependant, Dr Amadou Issa rappelle le manque de « compétences » des services de proximité qui fournissent les premiers soins dans les zones reculées : « S’ils n’ont pas les compétences, ils vont nous envoyer » les patientes.

En matière médicale, un suivi régulier de la grossesse est recommandé afin d’en vérifier sa bonne progression. Ce suivi sur plusieurs périodes comprend des consultations prénatales, avec des objectifs spécifiques.