Articles

Un sympathisant du candidat présidentiel nigérien, Ibrahim Yacouba, tient une banderole représentant le candidat alors qu'elle assiste à un rassemblement présidentiel avec d'autres supporters au stade Seyni Kountche de Niamey le 19 février 2016 lors de la dernière journée de campagne pour l'élection présidentielle du 21 février. ISSOUF SANOGO / AFP

Niger / Politique : départ du MPN Kishin Kassa de l’alliance des partis au pouvoir, un coup bien calculé ?

Le président du MPN Kishin Kassa, Ibrahim Yacouba désormais ex ministre des affaires étrangères a démissionné hier du gouvernement, du moins, c’est l’annonce faite par l’intéressé sur twitter. Il ajoute que son parti le MPN quitte l’alliance des partis au pouvoir.

Studio Kalangou, a touché le journaliste-analyste politique Sidik Ali à ce sujet. Son analyse sur les possibles raisons du départ du parti Kishin Kassa de l’alliance des partis au pouvoir :

« ça répond à un agenda bien planifié, bien élaboré de M. Ibrahim Yacouba en tant que leader d’une jeune formation politique, qui a des ambitions et qui a aujourd’hui une ressource humaine de qualité. Parce que n’oubliez pas que 80 à 90% des militants de Kishin Kassa sont des jeunes non scolarisés en majorité.

Un parti avec des ressources financières à disposition

« Et d’un autre côté, il y a aussi cette puissance financière composée en grande partie de ses collègues douaniers avec qui il avait gardé de très bonnes relations. Parce qu’il avait été quand même un leader syndical dans ce domaine. Il s’est vraiment attiré beaucoup de sympathie.

Les ambitions présidentielles de Hama Amadou mises à terre, il faut récupérer les orphelins du Lumana

« Sur ce plan, ça répond vraiment à un agenda, celui de se positionner très tôt sur la scène politique, surtout au regard de deux évènements majeurs qui viennent de se produire récemment. L’arrêt de la cour de cassation d’avant-hier qui a totalement, vraiment mis à terre les ambitions présidentialistes de M. Hama Amadou, président de Lumana. Cet arrêt le disqualifie de facto à se présenter aux prochaines échéances présidentielles. L’enjeu, Lumana se retrouve du coup orphelin, leur président est disqualifié. Il y a tout un monde engagé, très actif qui est là qu’il a vraiment besoin de récupérer. D’un côté, on peut le comprendre de cette manière.

Les leaders de la société civile incarcérés : une opportunité pour le syndicaliste qu’il est

« De l’autre côté aussi, le parti Kishin Kassa de Ibrahim Yacouba, est aussi un parti qui a tissé des relations avec le monde syndical, le secteur de la société civile. Récemment, il y a beaucoup d’acteurs de la société civile qui se trouvent incarcérés. Auparavant, ils ont créé toute une situation, toute cette énergie qu’ils ont engrangée. Les patrons sont déjà en prison, donc le secteur est presque un peu désarçonné. Et lui étant un grand syndicaliste, un acteur de la société civile, il a compris vraiment que ce monde a besoin d’être récupéré, d’être encadré.

Les membres du parti sont-ils prêts à suivre Yacouba dans l’opposition ?

« Est-ce que le parti est prêt à aller dans l’opposition pour faire face à toutes les épreuves que vous pouvez imaginer.

Déjà il y a des pans entiers du parti qui se désolidarisent de cette décision.

(…) l’autre question, est-ce que les militants de Kishin Kassa qui ont déjà gouté au pouvoir, (…) est ce qu’ils sont prêts à suivre Ibrahim dans le désert ? La question reste posée.

Pour en savoir plus sur nos activités
M'inscrire à la newsletter