Signature et ratification de la convention médicrime : quels avantages pour le Niger ?
Un homme regarde un stand avec des produits pharmaceutiques sur une place du marché à Agadez, dans le nord du Niger, le 26 septembre 2010. ISSOUF SANOGO / AFP

Signature et ratification de la convention médicrime : quels avantages pour le Niger ?

La falsification des médicaments et des produits pharmaceutiques représente un grand danger pour la santé publique pour des pays comme le Niger. Raison pour laquelle, le gouvernement nigérien a signé et ratifié la convention médicrime du conseil de l’Europe. Dr Dan Nouhou Barira, directrice de la pharmacie et de la médecine traditionnelle, au ministère de la santé explique au micro du Studio Kalangou, « la signature de la convention a eu lieu en février 2021 et le 5 novembre 2021, l’assemblée nationale a ratifié cette convention ». En effet, cette loi dite convention médicrime a été signée le 28 octobre 2011 à Moscou (Russie) par le conseil de l’Europe lors d’une conférence thématique de haut niveau et ses travaux ont commencé en décembre 2019 avec l’adoption de son règlement intérieur.

Cependant, cette convention vise à criminaliser la contrefaçon des produits médicaux et les infractions similaires qui menacent la santé publique dans les pays. En effet, tous les pays du monde sont exposés à ce problème. Et malgré tous les efforts déployés par ces derniers pour lutter contre ce fléau, la circulation de ces médicaments falsifiés est devenue aujourd’hui plus importante que le trafic de la drogue. Et c’est un phénomène qui ne connait pas de frontières. « Au Niger, nous avons vu c’est le trafic transfrontalier. Nous avons jusqu’à sept (7) pays transfrontaliers, ça vient de partout, dès fois, le trafic vient d’ailleurs. Vous voyez seulement les produits arrivés » explique la directrice de la pharmacie et de la médecine traditionnelle au Niger, Dr Dan Nouhou Barira.

 Ainsi pour mieux prévenir et éliminer cette pratique, la convention médicrime est ouverte à tous et c’est une convention qui rejette et condamne entre autres la fabrication de produits médicaux contrefaits ou falsifiés, la fourniture et le trafic des produits falsifiés, la falsification des documents, la fabrication ou la fourniture non autorisée de produits médicaux, la commercialisation des dispositifs médicaux ne respectant pas les exigences de conformité…etc.

Selon l’OMS, organisation mondiale de la santé, le trafic de faux médicaments ou médicaments falsifiés ou de qualité inférieure, est responsable de plus de 100 000 morts par an en Afrique.

L’OMS estime aussi qu’un médicament sur dix (10) commercialisé dans le monde est faux.

Les avantages de la convention médicrime pour le Niger

« Chaque pays à ses législations propres à lui, la convention médicrime offre une convention internationale » souligne Dr Dan Nouhou Barira. Cette convention permet d’adapter une législation uniforme entre les pays. Parce qu’aucun pays ne peut lutter seul contre ce trafic illicite de produits falsifiés.

« Aujourd’hui, le trafic, c’est un trafic qui est vraiment très organisé. Ça veut dire qu’il faut une formation assez poussée des experts pour pouvoir remonter des pistes de certains trafiquants » indique la directrice de la pharmacie et de la médecine traditionnelle au ministère de la santé. Avec cette convention, le pays peut accéder à une formation spécialisée qui peut aider les experts tels que les professionnels de la santé, des services répressifs, du pouvoir judiciaire à bien comprendre le principe de la falsification des médicaments et comment y remédier.

Dr Dan Nouhou Barira ajoute aussi que cette convention permettra au Niger de tracer la provenance des médicaments en question.