Dogondoutchi / Le chef de l’Aréwa exige des chefs coutumiers l’impartialité dans la gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs

Pour le chef de canton de l’Aréwa, Elh Amadou Sabou, la résolution des conflits entre agriculteurs et éleveurs doit être la plus efficiente possible, c’est pour ça qu’il appelle «…
Dogondoutchi / Le chef de l’Aréwa exige des chefs coutumiers l’impartialité dans la gestion des conflits entre agriculteurs et éleveurs
Des vaches à proximité d'un champ, Galmi (Tahoua, Niger) © SIM USA / Source : flickr.com - CC BY-SA 2.0

Pour le chef de canton de l’Aréwa, Elh Amadou Sabou, la résolution des conflits entre agriculteurs et éleveurs doit être la plus efficiente possible, c’est pour ça qu’il appelle « les chefs de villages à faire le constat d’abord puis traiter la question de manière conséquente ». C’est ce qu’il a indiqué au micro du correspondant de Studio Kalangou lors d’un forum qui vient de se tenir à Soucoucoutane (Dogondoutchi), a l’initiative de l’association pour la redynamisation de l’élevage au Niger (AREN) appuyée par la haute autorité à la consolidation de la paix (HCRP) du Niger.

Elh Amadou Sabou a surtout insisté pour qu’aucune prise de position ne soit décelée pour plus de crédibilité : « le chef ne doit pas prendre parti, si nous traitons la question de cette façon, nous aurons la paix et la quiétude ». Cependant, une paix sociale durable n’est possible que lorsque la population se sent en sécurité, notamment quand les gens ont du travail. C’est pourquoi, ce chef a profité de ce forum pour demander à l’Etat « d’aider les jeunes qui ne font rien ». En effet, avec une source de revenus stable, il est plus aisé de lutter contre le banditisme, a martelé ce chef traditionnel.