Niger / « Cette année nous avons décidé d’interdire tous ceux qui n’ont pas le bac de faire le BTS », déclare le ministre de l’enseignement supérieur

Désormais, au Niger, être candidat à l’examen pour l’obtention du brevet de technicien supérieur (BTS), nécessite obligatoirement d’avoir son baccalauréat en poche. Une nouvelle mesure mise en application dès cette année…
Niger / « Cette année nous avons décidé d’interdire tous ceux qui n’ont pas le bac de faire le BTS », déclare le ministre de l’enseignement supérieur

Désormais, au Niger, être candidat à l’examen pour l’obtention du brevet de technicien supérieur (BTS), nécessite obligatoirement d’avoir son baccalauréat en poche.
Une nouvelle mesure mise en application dès cette année à l’occasion de la tenue de cet examen, cette semaine, dans quatre centres du Niger.

Le ministre de l’enseignement supérieur, dont le département assure la tutelle, s’est prononcé sur cette réforme lundi à Maradi, alors qu’il lançait officiellement le début des épreuves pour le compte de cette année. Le ministreYahouza Sadissoua déclaré au micro du correspondant de Studio Kalangou, « Cette année nous avons décidé d’interdire tous ceux qui n’ont pas le bac de faire le BTS. Ce qui se faisait, on permettait aux élèves de composer sous réserve de l’obtention du baccalauréat. Beaucoup admettaient au BTS et vont jusqu’à obtenir la licence mais sans bac, ce qui est une grosse anomalie dans notre système d’enseignement ».

Cette mesurea fait baisser considérablement le nombre de candidats qui a été réduit, dira le ministre. Ils sont au total 2951 candidats à cette session du BTS, soit une réduction de 55% comparativement à l’année précédente, a précisé le ministre Yahouza.

D’autres acteurs de l’éducation, interrogés, à Niamey, par Studio Kalangou saluent cette nouvelle réforme pédagogique.

Abdourahamne Safiatou Moussa, est chargée d’enseignement en droit au lycée Issa Béri de Niamey. Pour elle, «… Il faut avoir un niveau élevé pour affronter les examens de BTS. C’est un examen national qui permet à l’élève de mettre en œuvre un certain nombre de capacités qu’il ne peut acquérir en deux ans de formation. Pour suivre la formation, il faut un niveau, au minimum avoir le bac. Donc la mesure est bienvenue, les étudiants avec le bac doivent suivre la formation de deux et se présenter à l’examen du BTS. Après l’obtention du diplôme que l’étudiant soit capable, sur le terrain d’affronter la réalité de la vie professionnelle…».

Même son de cloche au Comité Directeur de l’Union des Scolaires Nigériens. Son premier responsable, Alghabid Mahamadou Idder, a déclaré passer l’examen de BTS sans le Baccalauréat contribue à la médiocrité de l’enseignement supérieur au Niger. En ce sens il affirma « ..nous avons des étudiants qui font le master II et qui n’ont pas la licence et d’autres qui n’ont pas le Bac. Nous avons estimé que ce sont des mesures qui contribuent à la culture de la médiocrité de l’enseignement supérieur au Niger ».

Dans l’ensemble, les uns et les autres, sont convaincus que cette mesure contribuera à la qualité de l’enseignement au Niger.